Médecines douces, prudence !

Cultivez énergie énergie et bien-être

Médecines douces, prudence !

21 décembre 2019 Actualités 1
médecines douces

La répression des fraudes épingle les praticiens des médecines douces et alternatives.

D’après la répression des fraudes, près de deux tiers des praticiens contrôlés seraient en infraction. Lire l’article ICI

Acupuncture, réflexologie, reiki, hypnose, ostéopathie, sophrologie… Les médecines dites alternatives et complémentaires rencontrent un succès grandissant.

Selon l’Ordre des médecins, 40% des Français y ont déjà fait appel, en partie à cause de la défiance grandissante du public vis-à-vis des laboratoires et des médecins.

Proposées par de vrais médecins, des professionnels du secteur paramédical ou encore par des praticiens sans diplôme reconnu, ces thérapies sont difficiles à encadrer par les autorités de santé. Résultat, les infractions se multiplient. La DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) a enquêté sur ce secteur en plein essor.

Contrôles de la DGCCRF

Les investigations de la DGCCRF menées en 2018 ont montré que plus des deux tiers des 675 praticiens contrôlés présentaient au moins un manquement.

Cette enquête visait à contrôler la loyauté des pratiques commerciales et le respect de leurs obligations par des professionnels pratiquant des « médecines non conventionnelles » :

  • naturopathes
  • aromathérapeutes 
  • hypnothérapeutes 
  • acupuncteurs
  • autres …

Les contrôles ont porté sur le respect des règles en matière d’information sur les tarifs et sur la nature des prestations proposées.

Les manquements les plus courants étaient des défauts d’information, mais aussi de pratiques commerciales trompeuses (allégations thérapeutiques ou « de santé », non justifiées par les professionnels, qualifications mises en avant susceptibles d’induire en erreur ou non justifiées) voire présentant des risques pour les patients.

Le constat alarmant

Depuis une dizaine d’années, on peut constater un relâchement des services publics et des professions de santé qui se sont mis à tolérer des pratiques de médecines « dites alternatives  » sans aucun contrôles.

Il n’est pas rare de trouver de nombreuses formations dans ces domaines qui vont vous donner en quelques semaines un haut niveau de compétences plus ou moins miraculeuses. Vous pourrez devenir acupuncteurs, prescrire des médicaments de la médecine traditionnelle chinoise ou bien encore guérir à distance. en devenant Maître de Reiki grâce à une formation accélérée.

Les promesses de guérisons sont aussi au rendez-vous et vous pourrez vous attaquer à tous les échecs de la médecine traditionnelle. Cancers, SEP et autres cauchemars seront vites balayés moyennant quelques soins quantiques ou élixirs chamaniques.

Un peu de sérieux

Si l’on peut admettre que les médecines douces traditionnelles ( Chine, Inde etc.) ont quelques succès dus à des connaissances ancestrales empiriques, il faut reconnaitre qu’elle ne peuvent venir qu’en complément de la médecine occidentale enseignée par la faculté et non la remplacer.

Prenons exemple sur la chine qui forme ses médecins aux deux médecines, la chinoise ET l’occidentale, donnant ainsi un sérieux bagage qui potentialise les chances de succès.

Trop de croyances

Depuis plus de quarante ans, je m’intéresse à la question des soins alternatifs et participe à de nombreux salons. J’ai rencontré de nombreux experts et expérimenté bien des techniques.
Je dois avouer que je n’ai jamais rencontré de guérisseur miraculeux capable de procéder à une rémission d’une maladie ou même d’en atténuer les effets.
Les personnes rencontrées vont du simple rêveur qui croit avoir des pouvoirs, à l’escroc qui sait comment faire pour vous soutirer un maximum. Les salons de bien-être regorgent de camelots et d’apprentis sorciers, mélangés à de braves personnes sans talent mais pleines de bonne volonté.
 
Je ne vous parlerai pas des pseudo instituts qui vous forment à prix d’or pour vous mener à exercer en dehors de tout cadre légal. Votre diplôme en main, vous serez vite confrontés à la réalité du chômage…
 

En conclusion

 
Je pense que certaines pratiques des médecines douces sont bonnes en complément de la médecine officielle aussi bien au niveau alimentaire que de la pratique physique. Exemples : Aromathérapie, Fleurs de Bach, yoga, tai chi, qi gong etc.
Par contre, soyez prudent envers les soi-disants guérisseurs et médecins alternatifs aux formations douteuses.
Les résultats qu’ils obtiennent sont parfois le fruit de l’effet placebo mais les risques qu’ils vous font prendre sont souvent pires que le mal.
 
Donnez toujours la préférence à un praticien qui a déjà un bon bagage en médecine occidentale, médecin, pharmacien, infirmier, kiné, ce sera toujours un gage de sérieux.
 

Une réponse

  1. Francis Sigrist dit :

    Article très complet et intêressant

Les commentaires sont fermés.