Annamalai Swâmî

Cultivez énergie énergie et bien-être

Annamalai Swâmî

21 juillet 2019 Philosophie 0
Annamalai Swâmî

Entretiens avec Annamalai Swâmî

Nous commettons tous une grave erreur: nous prenons le corps et le mental pour le Soi et oublions la conscience infinie et immanente qui est la vérité de notre existence. Le jnâni est conscient que chaque corps, chaque mental et ce monde existent à l’intérieur de son propre Soi. Mais celui qui n’a pas réalisé la vérité de son propre Soi se voit lui-même et voit les autres comme des entités distinctes. Une telle personne vit dans et parmi les différences.

Q : Nous sommes tellement habitués à voir des différences. Impossible d’arrêter !

A.S. : On ne peut renoncer à cette habitude de faire des distinctions et de voir des différences que lorsque l’on réalise le Soi. Tant que nous restons sur le plan du corps et du mental, il n’est pas possible d’y renoncer. Remontez donc à la source de cette manifestation. Là, il n’y a pas de différence.

Renoncer à l’identification avec le corps et le mental est tapas, samâdhi, dhyâna et nishthâ [demeurer dans et en tant que le Soi].

Les chercheurs spirituels ont une habitude très étrange : ils sont toujours à la recherche d’un moyen pour atteindre le Soi, y parvenir, le découvrir, en faire l’expérience ou le réaliser. N’arrivant pas à comprendre qu’ils sont déjà le Soi, ils essayent beaucoup de choses. C’est comme courir çà et là, recherchant ses yeux avec ses propres yeux.

A quoi bon vous imaginer que c’est quelque chose de nouveau à découvrir, une nouvelle expérience à faire ? En cet instant même, vous êtes le Soi, et, en cet instant même, vous en êtes conscient. Est-ce que vous avez besoin d’une nouvelle expérience pour prouver que vous existez ? Le sentiment

« J’existe » est le Soi. Vous prétendez ne pas en avoir l’expérience, ou bien vous le recouvrez avec toutes sortes de fausses idées, et puis vous courez çà et là, le cherchant comme si c’était quelque chose d’extérieur à atteindre ou à trouver. Il y a une histoire à propos de quelqu’un qui se comportait ainsi :

Il était une fois un roi qui s’imaginait être un misérable paysan.

 «Il pensait : “Si je vais trouver le roi, peut-être pourra-t-il m’ aider en me donnant de l’argent. »

«Il chercha le roi en maints endroits. En vain. Il finit par se démoraliser parce que sa recherche n’aboutissait à rien. Un jour, sur la route, il rencontra un homme qui lui demanda pourquoi il était si abattu.

« Il répondit : “Je cherche le roi. Je pense qu’il peut résoudre tous mes problèmes et me rendre heureux mais je ne le trouve nulle part. »

« L’homme, qui l’avait reconnu d’emblée, lui dit, passablement étonné : « Mais le roi, c’est vous ! »

« Le roi reprit ses esprits et se rappela qui il était. Ses problèmes prirent fin à l’instant où il se rappela sa véritable identité. »

***

Vous vous dites peut-être que ce roi était un cas, mais il eut au moins assez de bon sens pour reconnaître la vérité quand elle lui fut dite.

Le Gourou a beau dire à ses disciples un millier de fois :

« Vous êtes le Soi ; vous n’êtes pas ce que vous vous imaginez être », jamais un seul d’entre eux ne le croit. Ils continuent tous de demander au Gourou des méthodes et des itinéraires pour se rendre à l’endroit où ils sont déjà.